Interviews

Les ambitions et les défis du nouveau Roi

 

Sa Majesté YONKEU qui a déjà pris conscience des défis à relever à Bangoulap affiche dans cet entretien exclusif ses grandes ambitions pour son village. Ses objectifs pour Bangoulap sont très ambitieux.

Question : Quelles sont vos impressions après votre «  arrestation » comme nouveau Roi de Bangoulap

Réponse de Sa Majesté : Après mon « arrestation » comme nouveau Roi des Bangoulap, j’ai vu devant moi des moments les plus difficiles de ma vie. J’ai été envahi par l’émotion, l’embarras, les larmes. Cela me paraissait comme un rêve. Je me suis demandé qui j’étais pour être tant honoré. Je ne m’y attendais pas. Pour moi c’est une chose extraordinaire, c’est la volonté de Dieu, c’est le destin. Je l’ai accepté comme tel et je dois assumer.

Question : Avez – vous déjà pris la mesure des défis qui vous attendent et comment entendez-vous les relever ? Qu’attendez-vous de votre peuple et des élites dans cette perspective ?
Réponse de Sa Majesté :
Les défis à relever sont bien nombreux. Nous citerons entre autres :
–    L’unité des Bangoulap, qui doit passer par la réconciliation dans tous les milieux Bangoulap du Cameroun et de la diaspora. Il s’agira de taire toutes les querelles stériles, regarder ensemble dans la même direction et projeter l’avenir avec optimisme ;
–    Le bitumage de l’axe routier Bangangté-Bangoulap ;
–    Le désenclavement de la zone de Nzuindjong et ses environs pour avoir la possibilité d’exploiter rationnellement ses terres fertiles et son sable ;
–    Le marché périodique est à ressusciter ;
–    Le palais royal est à reconstruire ;
–   L’agriculture et l’élevage sont à promouvoir. Il s’agira d’entourer la population, les jeunes surtout du confort technique nécessaire pour produire davantage, et les structures en GIC pour pouvoir bénéficier des appuis éventuels orientés vers le monde rural ;
– L’éco-tourisme est à conquérir par : la promotion de l’artisanat et de la forge, la mise sur pied d’un musée au village. La construction des monuments sur certains sites historiques du village à l’instar de « Ntam feun Moum » etc… ; la plantation d’essences diverses à Ntagni… ;
–    La réorganisation de la cour royale. Il s’agira d’effacer la confusion actuellement observée, mettre chacun à sa place et définir son rôle ;
–    La préservation des us et coutumes, qui confèrent à Bangoulap une identité et une richesse culturelles ;
–    L’animation et l’encouragement de la jeunesse pour la préparer à la relève, par des appuis nécessaires à leur formation intellectuelle, morale et professionnelle.
 Ici le CAB (Cercle des Anciens de la BSA) a un rôle prépondérant à jouer car il est impensable que le CAB existe sans penser à la relance de la BSA (Bangoulap Students Association). Si cette contrainte n’est pas levée, le CAB ne pourra avoir qu’une existence éphémère, faute de membres dans le futur ; « La préservation de la population contre le VIH/SIDA ;
–    Le comité de développement est à réorganiser.
La liste n’est pas exhaustive.
Nous attendons tout d’abord du peuple Bangoulap, une adhésion inconditionnelle à ces idéaux. Ensuite le peuple Bangoulap tout entier doit retenir ce diction qui affirme que : « l’union fait la force ». Chacun devra donc apporter sa digne contribution pour nous permettre de venir à  bout de ces challenges.

Question : Quelles sont vos ambitions pour Bangoulap ?
Réponse de Sa Majesté :
j’ai pour ambitions de faire de Bangoulap :
–    Un village de paix, d’unité et de concorde ;
–    Un village riche sur les plans : culturel, économique, touristique ;
–    Un village faisant l’attrait des visiteurs, des touristes ;
–    Un village connu sur toute la planète ;
–    Un village qui fera la fierté de ses enfants.

Question : Quelle place entendez-vous accorder à la Femme Bangoulap ?
Réponse de Sa Majesté :
Je voudrais que la femme Bangoulap soit :
–    Une mère par essence, et en tant que telle, elle doit jouer pleinement et dignement sa mission d’éducatrice, de moralisatrice, de nourrice, de conseillère auprès de son époux, de ses enfants et de tout autre fils Bangoulap ;
–    Une femme formée intellectuellement et professionnellement, présente dans tous les secteurs sociaux : éducation, santé, économie, sport, musique ;
« Une femme ingénieuse, animée d’un esprit de créativité sans égal, elle doit être toujours au premier plan dans tous les domaines, un exemple à copier par les autres et on le contraire ;
« Une femme beaucoup plus livre financièrement, affranchie du joug de son époux par son travail et fière de contribuer au bien –être de sa famille et de son village.

Question : Au La’kwa, de nombreux Bangoulap vous rendent visite. Peut-on avoir une idée des sujets de vos conversations et quels enseignements en tirez-vous ? Réponse de Sa Majesté : Les sujets de conversation avec les visiteurs portaient généralement sur les mots de félicitations, l’unité et la réconciliation des fils Bangoulap, la promotion agro-pastorale, l’animation du village, le tourisme, la construction du Palais royal, le Comité de développement, les us et coutumes, etc…
Ceci nous permet de déceler rapidement les défis auxquels nous ferons face, et de réfléchir sur les stratégies à mettre sur pied pour gérer chacune de ces préoccupations avec sérénité, détermination et efficacité.

Question : Quels rapports entendez-vous entretenir avec les Chefs de quartiers, les représentants du Roi et les autres Rois du Ndé ?
Réponse de Sa Majesté : Nous entendons entretenir avec les Chefs de Quartiers et les représentants du Roi des rapports de bonne collaboration. En effet, chaque chef de quartier ou chaque chef de famille Bangoulap est le représentant personnel du Roi Bangoulap dans son unité de commandement. Il sert de courroie de transmission entre la population et moi. De ce fait le chef de quartier doit résider au village et jouer pleinement son rôle. Il ne sera plus représenté par quelqu’un d’autre.
Avec les autres Rois du Département du Ndé et même d’ailleurs, nous entendons développer des rapports de convivialité, d’amitié et de respect mutuel.

Question : A l’intronisation, comment jugez-vous votre récente initiation au La’kwa (emploi de votre temps, temps libre, visites…) ?
Réponse de Sa Majesté : L’initiation au La’kwa n’est pas du tout aisée. C’est une prison en miniature, mais une grande école de la tradition et de la culture Bangoulap.
Nous y avons occupé une résidence inhabituelle où nous dormions sur des feuilles de bananiers étalées sur le sol, et où nous n’étions pas livres de tous mouvements. Les premiers jours paraissaient un calvaire, mais le temps passe, nous nous étions familiarisés avec ce nouveau mode de vie.
Au La’kwa nous consacrions la majeure partie du temps à recevoir les visiteurs, à les écouter, à suivre leurs conseils, à les scruter quand c’est nécessaire, à prendre des notes. La journée nous paraissait souvent harassante, mais nous supportions.  « L’initiation au La’kwa est une grande école »
Les quelques moments de récréation étaient consacrés au jeu du balafon, à l’entretien du jardin potager ou à la lecture des journaux. C’est un lieu de concentration, où nous étions appelés à sortir avec la tête pleine, et aptes à affronter avec courage les défis qui nous attendent.

Question : Votre hobby préféré Majesté ?
Réponse de Sa Majesté :
Ma distraction préférée c’est la lecture, cette nourriture de l’esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Theme of Rigorous Themesbangoulap.com
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)