Dossiers

Elections du Chef de la Communauté Bangoulap du Wouri-Nkam: Profession de foi du candidat Djambeu Ngamga Bienvenue

Djambeu Ngamga Bienvenue

Ecoute – Fidélité – Action

Le développement harmonieux d’un grand groupement comme le nôtre a besoin d’une union d’esprit, une union de bras, d’appui matériel et financier pour affronter les défis qui peuvent entraver notre bonne marche vers le concert des grands villages de l‘Ouest. Rien de durable ne peut être construit dans le désordre, la discorde et la désunion. Pour fédérer les efforts de tous et chacun, il faut des mobilisateurs sociaux, des rassembleurs, brefs des dirigeants, des gouvernants habiles, tenaces, tolérants, compétents, justes et intègres et donc la grande passion est de servir et non de se servir. Une tâche exaltante mais hélas pleine de trop de sacrifice.

La tâche est rude, Le chef de communauté doit être un homme intègre, capable de réconcilier tous les fils de la localité d’appartenance (Bangoulap) dans la communauté de résidence (Wouri Nkam).

Il doit taire avec tact les querelles byzantines, œuvrer pour le développement du groupement Bangoulap et de ses concitoyens à tous les niveaux.

Le chef doit communiquer, promouvoir les comportements sains et responsables dans son milieu de vie. Fournir à ceux qui l’entourent et l’observent une information juste et plurielle, inventer ou identifier les stratégies novatrices pour l’éclosion de sa communauté. Il doit combattre la paresse et la fainéantise, prôner le dialogue, les échanges et les conseils.

Pour y parvenir, l’esprit de solidarité à toutes les échelles doit être vivifié. Il ne doit pas être considéré comme la doublure de sa majesté le Roi des Bangoulap mais son collaborateur, c’est-à-dire un “Chef Relais communautaire »

Dans ses rapports avec la population, il doit Jouer le rôle d’une véritable juridiction de premier degré, coordonner l’action des élites de l’extérieur et les orienter vers le développement économique, social et culturel de la communauté et de notre groupement ; promouvoir la paix et la concorde en luttant contre la médisance, l’alcoolisme, la paresse, le vol, la discrimination. Dans la même logique il doit assurer la pérennité de la tradition tout en relevant le défi de la modernité et de l’émergence; transmettre aux populations les directives de l’administration et veiller à leur application; et concourir à l’ordre public.

Par ailleurs le chef de la communauté en tant que personne morale doit se réinventer, se renouveler et se revitaliser afin d’éviter de tomber dans l’inconsistance et de perdre sa crédibilité ; jouer le rôle de rassembleur et exprimer concrètement ses talents de bâtisseur.

Animer les activités du comité national de développement dans sa localité en collaboration avec le Délégué Régional du CODEBA.

Le Chef de la Communauté Wouri Nkam que je souhaite devenir reconnait que l’autorité du Chef Supérieur sur nous et sur la communauté Bangoulap de l’intérieur, de l’extérieur et de la diaspora est une autorité globale et sans restriction car il est royalement né, royalement intronisé et gouverne royalement selon la tradition, l’ordre naturel et divin, garant de toutes les coutumes traditionnelles. Dans la gestion de l’institution traditionnelle je serai son ambassadeur à Douala, à Yabassi, à Nkondjock, à Yingui, Au Nord Makombé, etc… Je m’engage par ma dignité à éviter les erreurs qui peuvent limiter le mandat que vous me confierez dans le temps et ternir mon image de marque.

Tous ensembles pour bâtir une nouvelle communauté Bangoulap solidaire, forte et émergente dans le Wouri-Nkam.

Ecoute – Fidélité – Action : voilà la vision du candidat de la rénovation que je suis.

Djambeu Ngamga Bienvenue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Theme of Rigorous Themesbangoulap.com
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)