Discours

Nouvel An 2017 à Bangoulap: SM Yonkeu Jean,  » Rien ne sera plus comme avant « 


SM YONKEU JEAN

Mot de Sa Majeste Yonkeu Jean, Roi des bangoulap a l’occasion de la présentation des voeux de nouvel an le 12/02/2017.

– Monsieur le Préfet du Département du Ndé,
– Monsieur le Sous-Préfet de l’Arrondissement de Bangangté,
– Madame le Maire de la Commune de Bangangté,
– Monsieur le Président du Comité de Développement de Bangoulap,
– Monsieur le Coordonnateur Général du Comité de Suivi des Résolutions et Recommandations des Etats Généraux de Bangoulap,
– Leurs Majestés, chers Collègues Rois,
– Autorités Religieuses et Politiques,
– Distingués invités,
– Chères filles et chers fils Bangoulap,

Permettez-moi de prime abord de m’acquitter d’un noble devoir, celui d’adresser à chacun d’entre vous une chaleureuse bienvenue à Bangoulap, en souhaitant que votre séjour ici soit accompagné par la bénédiction de nos ancêtres et du pur vent, frais et suave de Ntagni.

Je jette un clin d’œil tout particulier envers les autorités administratives, qui en nous honorant par leur présence, sont témoins oculaires de la concorde rayonnante entre le Roi de Bangoulap et son peuple.
Cher peuple Bangoulap, mes chères filles et mes chers fils, comme en pareil moment, les années écoulées, je viens de jouir de votre amour, de votre humilité, de votre politesse et de votre générosité. C’est une grande marque de confiance, qui me laisse croire que je suis utile à quelque chose dans notre village, et dans la vie des populations que vous êtes : hommes, femmes, jeunes, et que je m’évertue à servir au quotidien dans la droiture, dans la promptitude, dans la tolérance, dans l’amour, bref dans la crainte de Dieu.

Chères filles et chers fils Bangoulap, il est utile de le réitérer, et ce n’est plus un secret pour personne, que la cérémonie de présentation des vœux de Nouvel An au Roi est un moment mémorable dans la vie de notre cher village. Elle allie : retrouvailles, joie, échanges et communion entre les fils et filles Bangoulap sortis d’horizons divers et leur leader. Elle me permet aussi de dérouler à mes enfants le bilan des activités de l’année écoulée, et de ressortir les grandes lignes des projets qui retiendront notre attention au cours de l’année 2017. Elle offre également à votre humble serviteur, l’opportunité solennelle de décerner à tous ceux qui ont posé des actions honorables en faveur de notre village des distinctions honorifiques. Et enfin, c’est la tribune la mieux indiquée pour les uns et les autres de se ressourcer, en puisant directement les orientations à. 1a base, afin d’éviter tous les déraillements et toutes les divagations susceptibles de compromettre les règles de la bienséance dans l’ensemble de la cité Bangoulap.

En vous faisant grâce du registre des retrouvailles, des échanges, de la joie, de la communion et des récipiendaires qui reste à apprécier par chacun d’entre nous, je dois vous rafraîchir la mémoire sur l’essentiel des activités, des faits et évènements saillants qui ont émerveillé notre cher village tout le long de l’année écoulée, et qui rentrent aujourd’hui dans l’histoire.
Après la présentation des vœux le 13/02/20 16, nous avons brillamment participé à la cérémonie du «Nzou Pégoub» de Bazou en Avril 2016, en marquant d’un point d’honneur notre journée de funérailles le 26 Mars 2016 en mémoire de Sa Majesté KEMAJOU Daniel, respectant de ce fait les liens séculaires, historiques et fraternels qui unissent les chefferies Bazou, Bangoulap et Bamena.
La campagne de santé menée du 22 au 25 Juin 2016 par la Fondation PATCHA à Bangangté et dont toutes les populations du Ndé en ont bénéficié, a porté l’estampille du village Bangoulap, grâce à la générosité de ses fils et filles qui ont financé l’hébergement et la nutrition de l’équipe médicale durant toute cette période. A tous ceux qui sont intervenus pour le succès de cette mission, je redis un vibrant merci.
Au mois de Juillet 2016, nous avons reçu pour la Bibliothèque de l’Ecole Publique de Bangoulap (Sagna), un don de 564 livres, de l’Association «Contes sous l’Arbre» présidée par Mme TCHOUNGA Mireille de Paris, une brave fille Bangoulap.

Dans le souci du respect des droits et de la dignité aux femmes, nous avons mis sur pied en Juillet 2016 avec l’assistance du CIPCRE, un code coutumier des rites de veuvage dans notre village, en nettoyant ces rites souvent faits sans contrôle de la Chefferie Supérieure, de toutes les pesanteurs superflues, tendant à avilir la junte féminine.
Au courant du même mois, Bangoulap a fait montre de sa célébrité et de sa noblesse légendaires le 13/07/2016 lors de sa Journée consacrée aux Chefferies au Festival Medumba 2016 rendant irrésistibles tous ses admirateurs euphoriques, au rang desquels le Président du SENAT, Marcel NIAT NJIFENJI, Promoteur du Festival Culturel Medumba.
Le 27 Août 2016, sous la houlette du CAB (Cercle des Anciens de la Bangoulap Students Association), l’Excellence Bangoulap a été célébrée dans toute sa splendeur. Je rends au Président du Comité d’Organisation Mbeu KAMMI .Justin, et à. toute son équipe l’hommage ici mérité. Toutefois, j’attends toujours du CAB la relance de la BSA.
L’annonce de l’ouverture de la route Sagna-Banzuidjong sur financement de la Banque Mondiale via le PNDP (Programme National de Développement Participatif) et localement par la Mairie de Bangangté, a été publiée pour un coût de près de 75 000 000 FCFA. Un apport personnel estimé à 6 561 000 F nous a été exigé. A ce jour, nous avons déposé 3 300 000 F dans le compte de ce projet à la Banque UBA à Bafoussam, et le reliquat attendu de nous est de 3 261 000 F.

Le 29 Octobre 2016, la 3ème édition de la randonnée «Bangoulap Tour 16» s’est déroulée avec faste. Cette 3ème édition a connu beaucoup d’innovations, notamment la modification du parcours, et des invités spéciaux qui ont apporté une plus-value à cet évènement, au rang desquels les Rois Bel! (Jean Yves Bébé), Barésoumtou (Ewané Christian), Bahouoc (KAIVIAJOU Roger), des artistes musiciens de renom: Etienne MBAPPE et LONGUE- LONGUE, et enfin la miss Carneroun de la France pour ne citer que ceux-là.
Le 10 Décembre 2016, le Bureau du Comité de Développement a été renouvelé. Après des loyaux services rendus au CODEBA, Dja Mbeu NGADJEU Jean-Pierre a passé le relai à Watba Sob YONGA NGATCHOU Ernest à la tête du CODEBA-New Look, tel que recommande les Etats Généraux de Bangoulap 2014.
En marge de ces actions, le Roi a rendu visite à la Communauté Bangoulap de Tonga, sinistrée par la destruction de son foyer, sous la chute d’un grand arbre renversé par la tornade. Nous avons aussi été au chevet des malades, dans des familles endeuillées, dans des associations en ébullition. Chaque fois, nous avons apporté un réconfort moral aux uns et aux autres, en leur prodiguant des conseils salvateurs, et en les entourant de toute notre sympathie.
Pour l’avenir, nous sommes constants dans la logique de la décennie 2014-2024, comme décennie de grandes réalisations dans notre village.
La construction du Palais Royal est une urgence de l’heure qui interpelle tous les Bangoulap, pour accueillir le Nzoua Mbatgoub que nous envisageons manifester en Novembre 2019, en hommage au défunt Roi, Sa Majesté KUIKA TCHAMBA Joseph.

A la suite de ce projet, l’adduction en eau potable devrait-être une réalité à Bangoulap, pensée et réalisée véritablement des mains expertes.
L’ouverture de nouvelles voiries est d’une importance capitale à l’effet de désenclaver progressivement le village et donner ainsi la possibilité aux uns et aux autres de s’installer.
Le Centre de Santé Intégré nécessite une amélioration de son état physique, de sa capacité d’accueil, et de son équipement, pour permettre aux malades d’y recevoir des soins de qualité.
Le Poste de Gendarmerie attend toujours sa construction, pour êtTe opérationnel et nous garantir un minimum de sécurité.
Les Sous-chefferies doivent être restaurées, pour faire partie intégrale du circuit touristique de Bangoulap.
La cité de la Musique et de la Danse de Bangoulap est en liste, pour nous aider à sauvegarder notre patrimoine immatériel, susciter de nouveaux talents et surtout faire l’attrait des touristes dans notre cité.
Le Lycée doit-être construit sur son nouveau site. J’ose ici annoncer que ce projet a retenu l’attention de la Communauté Bangoulap des USA, qui mobilise déjà des fonds pour amorcer les travaux de constructions du premier bâtiment.
Le CETIC de Bangoulap a besoin de nouveaux ateliers et de sa transformation en Lycée Technique.
La Place des Fêtes de l3angoulap a besoin d’avoir une tribune qui reflète la dimension de ce village.
Les zones de Banzuidjong, Dakop, Mafoum et Mafi doivent être désenclavées, pour offrir plus de facilités d’accès et d’évacuation des produits agricoles.
Bangoulap mérite aussi et ceci dépendra de nous que le marché reprenne vie, pour nous permettre d’écouler nos productions sur place.
Une attention particulière devrait-être concédée à la jeunesse, fer de lance et espoir de demain, malheureusement sans emploi dans sa large majorité. L’élite éventuellement pourvoyeuse d’emplois et nantie d’expériences avérées n’a-t-elle pas ici une noble mission, celle de la canaliser sur la voie du succès, pour éviter au navire Bangoulap de chavirer dans les jours à venir.

Sans aucune prétention d’avoir déroulé tout le chapelet de nos difficultés, voilà chères filles et chers fils, quelques défis essentiels à relever, pour offrir à nos communautés et à notre village, des conditions de vie plus décentes. Toutefois leur accomplissement nous interpelle tous, et nécessite : un sacrifice, une prise de conscience individuelle et collective, une discipline, une passion pour le développement de notre cher village.
Je continue à tendre fraternellement et paternellement du fond de mon cœur, la main à tous les Bangoulap, notamment toutes les forces vives et élites sans discrimination aucune, afin que loin de toute haine, de toute hypocrisie, mais dans l’amour véritable et dans l’unité, nous poursuivons objectivement et efficacement l’œuvre de construction de notre village dans ses dimensions culturelles, sociales, civiques, économiques et touristiques.
En respectant les résolutions, et recommandations des Etats Généraux de 2014, que beaucoup d’entre nous tentent encore en vain de charcuter parce contraires à leurs aspirations égoïstes, et en nous conformant aux nouveaux statuts et plan d’action du CODEBA, je suis persuadé des résultats probants qui en suivront et qui garantiront à nos différentes communautés et à notre cher village un avenir prodigieux.

Le moment est propice pour rafraîchir les mémoires de tous les Bangoulap, en leur faisant comprendre une fois pour toute que les Etats Généraux, qui font aujourd’hui l’objet de toutes les controverses par tous les conservateurs et tous les pêcheurs en eau trouble, avec d’énormes préjudices corporels et psychologiques sur certains de leurs dignes et vaillants frères, ont été bel et bien une pensée profonde de YONXEU que je suis, et non de quelqu’un d’autre, pour nous aider à sortir des difficultés observées pendant la première décennie de règne comme un véritable frein à l’unité, à une paix durable, et au développement de notre cité. Je remercie une fois encore du fond de mon cœur, toutes les filles et tous les fils Bangoulap qui d’une manière ou d’une autre, se sont dévoués corps et me pour l’implémentation de cette idée. Malgré la tenue des Etats Généraux, nous notons toujours des comportements déviants dans la vie de nos communautés, et celle de notre village. A ce moment, le bilan est alarmant:

– Dans les communautés, le laisser-aller va bon train; les pôles de résistance aux orientations nouvelles issues des Etats Généraux, usant parfois le dilatoire comme stratégie de combat sont encore visibles; des querelles de leadership entraînant des haines et des divisions au sein des communautés sont manifestes; la gestion financière opaque est toujours à la mode; l’ingérence des hommes dans la gestion financière des associations féminines est notoire; certaines associations et communautés répondant au nom de Bangoulap ne participent pas à la vie du village ; certains chefs de communautés sont amorphes et se plaisent dans leur état; les réformes souhaitées au niveau des associations de jeunesse et même d’élites se font toujours attendre;
– Au niveau du village, les litiges fonciers découlant des occupations et des ventes anarchiques des terres sont en vogue; le non-respect des jours interdits en matière d’utilisation de la houe par les femmes est encore courant; les concessions familiales transformées en cimetières uniquement sans aucune habitation sont nombreuses ; cette situation engendre une autre, à savoir les corps qui arrivent subitement le Samedi matin et inhumation à la hâte à la discrétion totale du chef de quartier et de ses populations; des sous-chefferies et chefferies de 3èrne degré qui s’insurgent contra la Chefferie Supérieure par leur indifférence; les obsèques funérailles sont de plus en plus à la mode et dénaturent le caractère sacré de la vie humaine, et la considération antérieurement accordée aux morts par le respect des rites dans l’ordre chronologique suivant: obsèques, neuvaine, funérailles. Toutes ces étapes ne sauraient être confondues.

Chères filles et chers fils Bangoulap,
Au regard de ce diagnostic peu reluisant pour notre village, il convient d’agir urgemment et énergiquement pour limiter les dégâts, en bref sortir rapidement de cette crise qui risque une déchirure complète de notre tissu socio culturel.
Ceci étant, la caravane de réformes amorcées en Août 2014 va sans aucun souci poursuivre son cours, lentement, paisiblement, mais sûrement à l’atteinte des objectifs nobles à savoir:
– L’édification d’une société plus inclusive et plus tolérante,
– La mise sur pied d’un Comité de Développement de Bangoulap (CODEBA) plus ouvert, plus fort, plus dynamique et plus efficace.
– Le renforcement du pouvoir des chefs de communautés, représentants du Roi, et des chefs de Grandes Familles étables à Bangoulap,
– La sauvegarde de nos valeurs socio-culturelles et traditionnelles, gage de notre identité dans une société moderne destructrice et fracassante.
Rien ne sera plus comme avant, le changement est là et maintenant, c’est tin chemin sans retour. Il appartient donc aux uns et aux autres de prendre tout simplement ce train en marche pour éviter de se retrouver le moment venu dans un anachronisme ridicule.

Le système se veut dynamique, et doit produire au bout du compte des résultats positifs. Les gens doivent rendre compte de leur gestion, trimestriellement un bilan financier de chaque association doit-être produit, les chefs de communautés, Représentants du Roi doivent veiller sur l’effectivité de ce dossier assez sensible.
Les hommes doivent laisser l’autonomie aux femmes dans la gestion de leurs associations et de leurs fonds. Les responsables amorphes, inactifs ou indélicats seront tout simplement éjectés et remplacés de leur poste, qu’ils ne soient pas surpris. Les associations de jeunesse se doivent d’être réformées complètement, car il faut permettre aussi aux plus jeunes qui sont nos enfants et déjà actifs de pouvoir s’exprimer, et de participer à la vie de leur village. La notion d’élite doit-être reconsidérée.
Au niveau du village, nous n’admettrons plus les occupations et les ventes anarchiques de terrain, toute vente de terre doit être entérinée par la Chefferie Supérieure.
Les gens doivent prendre toutes les dispositions pour tenir informé le Chef de quartier de toute les manifestations par eux organisées dans le village, qu’il s’agisse des enterrements, des funérailles ou d’autres événements. Et à partir de Janvier 2018, pour tous les corps à inhumer, la veillée mortuaire sera obligatoire au village. Ainsi les gens cesseront de venir jeter les corps comme un bon débarras.
Les obsèques-funérailles sont une pratique contraire aux bonnes mœurs dans notre réalité culturelle. Elles doivent tout simplement être boutées hors de nos frontières, et ceci sans commentaire. Nous avons tout intérêt à revenir à l’authenticité qui donne plus de valeur à l’être disparu, avec toute sa symbolique.

Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs,
Le peuple Bangoulap demeure solidaire à l’ensemble des Camerounais dans la lutte contre Boko Haram. Il déplore la disparition de nos officiers survenue dans le crash de la zone de Bogo, et encourage nos vaillants soldats à aller de l’avant. Nous émettons aussi le vœu que la paix revienne rapidement dans la partie anglophone du pays, et que tous les enfants reprennent rapidement le chemin de l’école car leur avenir en dépend.
Nous partageons avec tout le reste du Cameroun la joie de la victoire des Lions Indomptables à la CAN de 2017 au Gabon.

Mes chères filles et mes chers fils,
En estimant que nos ancêtres se joindront à nous, afin que nous nous soucions du bien-être de notre village en cultivant davantage l’esprit d’unité, de paix et de concorde, il ne me reste plus qu’à vous manifester toute ma reconnaissance du fond de mon cœur, et souhaiter à tous et à chacun une bonne et heureuse année 2017.
– Vive le village Bangoulap
– Vive l’Arrondissement de Bangangté
– Vive le Département du Ndé
– Vive le Cameroun, un et indivisible.
Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Theme of Rigorous Themesbangoulap.com
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)