Discours

Discours inaugural du règne de SM Jonkeu Kuika Jean prononcé le 26 juin 2004 à l’issu de son installation comme 24ème roi Bangoulap

Salutation entre SM et le S.P de Tonga

Je rêve : d’un village où règnent la paix, l’unité et la concorde; d’un village qui émerveille les visiteurs et les touristiques : d’un village conscient du phénomène de la mondialisation ; d’un village qui fera la fierté de ses enfants.
Excellence, Messieurs les membres de Gouvernement, Merci pour l’honneur que vous me faites, en donnant un éclat particulier à cette cérémonie par votre présence.
Mes remerciements vont aussi, à l’endroit de toutes les autorités Administratives ici présentes, au premier rang desquelles, Monsieur le Gouverneur de la Province d’Ouest. Merci également à vous, Messieurs les Députés, diplomatique et Messieurs les Ministres du culte. Leurs Majestés les Chefs Supérieurs et Chers Collègues, les mots ne seraient pas suffisants pour vous témoigner ma reconnaissance.

Chers invités, Merci d’être venus Mesdames et Messieurs, merci infiniment pour votre présence, Car je sais que pour bon nombre d’entre vous, c’est au prix d’un grand sacrifice qu’ils ont pu trouver une minute à m’accorder au sein de leur emploi de temps, que je sais chargé. Trois mois se sont écoulés, à une semaine près, nous voici une fois de plus à Bangoulap. C’est en effet, Mesdames et Messieurs, le 20 Mars 2004, en ces mêmes lieux, qu’avec la grâce de Dieu, le sort a voulu que je sois Désormais en Charge de la destinée du peuple Bangoulap. Je viens à l’instant de prendre connaissance des limite de mes terres couvrant environ 84 Km2 ; Ceci au terme d’un séjour au La’kwa.

Le séjour au La’kwa, Mesdames et Messieurs, c’est tout, sauf une colonie de vacances, nous gardons de cette résidence Peu ordinaire, le souvenir d’une grande école : celle de la sagesse, de la tradition, et de la riche culture Bangoulap. Au La’kwa, nous avons beaucoup appris en scrutant toutes les couches sociales qui jestés, chers collègues chefs Supérieurs, vous comprenez mon émotion quand je vous retrouve, ce jour, autour de moi, au terme de ce séjour au La’kwa, où vous avez guidé mes premiers pas. Je suis d’autant plus serein que je continuerai à me former, en m’inspirant de vos diverses expériences, maintenant que vous m’avez accueilli parmi vous. Monsieur le Président du comité d’organisation, tout en vous félicitant avec toute votre équipe, j’ai suivi avec une attention soutenue la différents défis qui nous interpellent, et que vous avez su judicieusement identifier, en tant qu’élite du village. C’est ici pour moi, le lieu de demander, à tous les Bangoulap : Paysans come citadins ; Planteurs- artisans – commerçants et fonctionnaires ; Notables, Ministres du culte et élus du peuple, de redoubler d’ardeur au travail et de contribuer, en donnant le meilleur d’eux-mêmes, à l’atteinte de ces objectifs.

Par ailleurs, je vous exhorte à visiter votre village et inviter vos amis Camerounais et Etrangers, à venir admirer les merveilles dont regorge Bangoulap. Notre village a besoins d’un nouvel élan, pour cela, il nous faut une vision Commune donc partagée. Il s’agira, pour nous, de préparer l’avenir avec sérénité.
Pour y parvenir, nous devons faire appel à la paix, l’unité, la solidarité et de Concorde. Cette paix nécessite une prise de conscience individuelle de tous et de chacun.  La tolérance du prochain doivent occuper une place prépondérante dans cette démarche. Il est de notre devoir dans l’intérêt du village Bangoulap, d’accepter l’unité dans la diversité. Autrement dit, personne ne serait exclu et nul n’aura le monopole de quoi que ce soit. S’adressant, par exemple, à ses partisans, le combattant de la liberté, Martin Luther King, ne disait – il pas déjà, je cite : « Nous devons apprendre à vivre tous ensemble comme des frères, sinon nous mourons tous ensemble comme des idiots », fin de citation. Dans la même logique, le célèbre musicien TALLA André Marie chantait : « Ensemble, nous irons plus loin, ensemble, pensons à demain… ». Le Président de la République, SE Paul BIYA, Dans un de ses discours, disait, je cite « sans unité il ne peut avoir de véritable développements », fin de citation. Que peut-on, en effet, faire et réussir dans le désordre et la division ? Comment peut-on s’épanouir, si l’on est sous l’emprise de la pauvreté et des pandémies de toutes natures !

Mes chers fils et filles, nous avons le devoir de tirer de grandes leçons des assertions de ces penseurs, pour regarder dans la même direction et nous préoccuper de l’avenir, nous interroger permanemment sur l’héritage que nous léguerons à la Postérité, ce sur quoi nous serons jugés.
Aussi, je rêve :
–    d’un village où règnent la paix, l’unité et la concorde ;
–    d’un village riche sur le plan économique, culturel et touristique ;
–    d’un village où rayonne le bien être et où il fait bon vivre ;
–    d’un village qui émerveille les visiteurs et les touristes ;
–    d’un village conscient du phénomène de la mondialisation ;
–    d’un village qui fera la fierté des enfants.
Vous comprenez dès lors, mon émotion, en ce moment solennel, où je vais me pencher sur les défis qui sont les miens, en tant que chef supérieur des Bangoulap et le 24ème du nom de la dynastie NZOUAMI.

Ensemble, nous réussirons ;
J’ai la conviction ferme que nous sommes ensemble
Vive Bangoulap,
Vive le Département du Ndé
Vive la Province de l’Ouest
Vive le Cameroun

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Theme of Rigorous Themesbangoulap.com
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)